5 livres qui influencent mon activité de Social Media Manager freelance

Vous êtes à la recherche d’une lecture inspirante ? Je partage avec vous les cinq livres qui ont le plus influencé mon activité de Social Media Manager freelance. Ils vous aideront peut-être à mieux dessiner les contours de votre business, à redéfinir votre vision du Travail et vous encourager à vous diriger (doucement mais sûrement) vers la vie qui vous fait rêver, vers le chemin du bonheur.

La semaine de 4 heures, de Timothy Ferriss

Alias le livre qui a tout déclenché. J’étais au bord de la piscine, profitant de l’été indien en Tunisie, quand j’ai compris qu’une autre façon de travailler était possible. La semaine de 4 heures est un best-seller et se revendique comme un manifeste pour un changement radical de mode de vie : plus de bon temps, plus d’argent, plus de mobilité.

Comment ? Timothy Ferriss s’appuie sur sa propre expérience pour expliquer comment il a divisé par deux sa masse de travail en identifiant les tâches essentielles et les plus rentables, en utilisant l’assistanat à distance, en mettant en place un « management par l’absence », en cultivant l’ignorance sélective grâce à une diète d’informations… Tout ça pour mener une carrière d’entrepreneur en travaillant seulement 4 heures par semaine et profiter de la vie sans attendre sa retraite.

Timothy Ferriss est un poil extrême dans sa façon de faire (et d’externaliser surtout), mais c’est lui qui m’a fait prendre du recul et réfléchir à ma vision du Travail. De ce que je voulais pour les 40 années qui arrivent. Et force est de constater que je ne me voyais pas passer 35 heures minimum derrière un ordinateur, chaque semaine avec en tout et pour tout cinq semaines de congés annuels. Il m’aura fallu encore deux années dans le salariat pour me décider et oser lancer mon activité de freelance.

Créez le job de vos rêves et la vie qui va avec, d’Alexis Botaya & Corentin Orsin

Alias le livre qui a confirmé que j’avais pris la bonne décision. Il m’a été offert à l’aube de ma nouvelle vie d’indépendante et résume les 30 principes tirés des ouvrages dédiés à la pensée « start-up » et des meilleures techniques de développement personnel. On y retrouve la philosophie de vie de notre cher Timothy Ferriss, cité ci-dessus, et d’autres coachs/auteurs/conférenciers qui ont le vent en poupe. Pensé comme un outil pour « reprendre en main notre vie pro (et notre vie perso) » et créer le job de nos rêves, ce livre m’a permis de prendre du recul, de me poser les bonnes questions et de définir les contours de mon job idéal.

L’Essentialisme : faire moins mais mieux ! L’art d’être réellement efficace, de Greg McKeown 

Alias le livre qui a complètement transformé ma façon de penser & de vivre. Sans exagérer. Se concentrer sur l’essentiel, sur ce qui nous fait VRAIMENT plaisir, et dire non à tout le reste. C’est le crédo de Greg McKeown, qui explique cette nouvelle façon de penser et d’agir dans L’Essentialisme. Autrement dit : faire moins mais mieux.

Pour vous expliquer simplement le principe, prenons un un essentialiste et un non-essentialiste. Le non-essentialiste va chercher à accomplir toujours plus de tâches, dire oui à tout, en ayant constamment le sentiment de ne rien contrôler. L’essentialiste, à l’inverse, se concentre sur ce qu’il estime être important, ose dire non, s’accorde régulièrement des pauses pour y voir plus clair et faire des choix intelligents.

J’applique les grands principes du livre au quotidien. Ecarter le superflu, c’est décliner des invitations auxquelles on va à reculons, refuser une mission qui ne nous emballe pas, mettre fin aux 10 projets en cours pour se focaliser sur celui qui nous botte vraiment. A force, j’ai adopté des critères plus stricts pour distinguer l’essentiel et choisir ce à quoi je souhaite consacrer mes efforts, mon énergie et mon temps. Grâce à cette philosophie, j’ai vraiment gagné en sérénité et je me sens nettement moins tiraillée qu’avant.

La Formule du Bonheur, de Mo Gawdat 

Alias le livre qui m’a appris à qu’être heureuse, c’est un état d’esprit, pas un objectif. Ecrit par l’ancien directeur commercial de Google X, le département secret des projets fous du géant américain, La Formule du Bonheur trace un processus pour atteindre un niveau de bonheur optimal.

Très affecté par le décès accidentel de son fils, Mo Gawdat a décrypté l’équation mathématique qui pourrait l’aider dans sa recherche du bonheur, même quand la vie est jonchée d’épreuves difficiles. Comme tout bon informaticien, il conseille de rebooter le cerveau et de rétablir un mode de bonheur naturel. Pour lui : « Le bonheur est notre état par défaut ». Un cheminement intéressant à suivre et une nouvelle façon de considérer le bonheur.

Pourquoi nous dormons, du Dr Matthew Walker

Alias le livre qui me pousse à prendre soin de mon sommeil. Et donc de ma santé, physique et mentale. A notre époque, on considère le sommeil comme une perte de temps et nous sommes peu nombreux à être sensibilisés sur le sujet. Et pourtant ! S’il y a bien une chose dont le corps a besoin pour se régénérer à tous les niveaux, c’est bien de dormir 8 heures par nuit. Le sommeil favorise nos capacités à apprendre, à mémoriser et à prendre des décisions logiques et rationnelles. Il réajuste nos émotions, réapprovisionne notre système immunitaire et règle avec précision notre métabolisme. 

Alors, pourquoi dormons-nous ? Quelles sont les conséquences du manque de sommeil sur notre santé ? Et quelle est l’utilité du sommeil ? Le Dr Matthew Walker présente 20 années de recherche et d’expérience sur le sommeil et les rêves. « En l’espace de seulement 100 ans, les êtres humains ont cessé de subvenir à leur besoin biologique de bien dormir. » En 2020, on est (très) loin des 8 heures de sommeil par nuit recommandées par l’OMS.

Un livre absolument passionnant, qui se lit facilement, et qui vous donnera envie de chérir votre lit et votre sommeil. Ma priorité numéro un, en ayant l’avantage d’être en freelance et de pouvoir aménager mes journées comme je le souhaite.

Et vous, quels sont les livres qui ont influencé votre activité de freelance et votre vie en règle générale ? Si vous avez des livres à me recommander chaudement, laissez-moi un commentaire !

Elise Fauvel, Social Media Manager & Community Manager freelance à Lille.

Parfaites Imperfections : 1 livre + 10 citations pour déculpabiliser face à l’échec

Une pause lecture, ça vous tente ? Faites un break et accordez-vous 30 minutes (top chrono !) pour lire la création d’Erik Kessels : “Parfaites imperfections : comment transformer ses erreurs en idées géniales pour se planter en beauté”.  Il s’agit d’un parti pris amusant sur l’art de faire des erreurs. Erik Kessels célèbre les imperfections et les échecs et montre pourquoi ils sont essentiels au processus de création.

Le concept du livre peut surprendre : c’est à la fois un livre photo et un guide qui pousse à se lâcher et à commettre des erreurs. Un beau pied de nez à la peur de l’échec qui nous anime au quotidien. Parfaites imperfections présente tout un tas d’exemples hilarants d’échecs, d’imperfections, de fiasco et de plantages dans de nombreux domaines comme l’architecture, le design, l’art, la photographie et la conception de produits. Erik Kessels veut inspirer et encourager les créatifs à reconnaître leurs erreurs et, surtout, les célébrer.

Nous vivons à une époque où tout le monde aspire à la perfection et où nous craignons l’échec. Forcément, dans ce contexte-là, on se met vite des barrières et notre potentiel se retrouve pris au piège. Pourtant, les erreurs nous aident à trouver de nouvelles façons de penser et des solutions innovantes. Quant aux échecs, ils peuvent changer notre perception et nous faire porter un nouveau regard sur une situation.

Bref, une grande leçon d’optimisme et de positive attitude qui mérite d’être partagée ! Pour aller plus loin et faire passer le message, j’ai préparé 10 citations inspirantes qui font déculpabiliser les bébés entrepreneurs et les plus accomplis. Mais pas que. Vie pro, vie perso, salarié ou patron, on a tous le droit à l’erreur.

Le succès et l’échec, deux concepts étroitement liés puisque l’un ne va pas sans l’autre. Un petit shot de sagesse, placé sous le signe des cactus et des succulentes, à placarder partout sur vos réseaux sociaux 😉

10 citations inspirantes pour Instagram

Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
« La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute. » – Nelson Mandela
Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
« La chose la plus précieuse que vous pouvez faire est une erreur. Vous ne pouvez rien apprendre en étant parfait. » – Adam Osborne
Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
« Ne jugez pas chaque jour sur ce que vous récoltez, mais sur les graines que vous semez. » – Robert Louis Stevenson
Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
« A force de tentatives, on finit toujours pas réussir. » – Hérodote
Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
« Le succès c’est tomber sept fois, se relever huit. » – Proverbe japonais
Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
« Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas. » – Thomas Edison
Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
« Le seul endroit où le succès vient avant le travail, c’est dans le dictionnaire. » – Vidal Sassoo
Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
« Le succès, c’est aller d’échecs en échecs tout en restant motivé. » – Winston Churchill
Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
Citation inspirante Echec par Elise Fauvel
« Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. » – Nelson Mandela

10 conseils & astuces pour prendre la parole et marquer les esprits

Prendre la parole en public, c’est déjà un exercice en soi, puisqu’il faut apprendre à gérer son stress et parler clairement. Prendre la parole en public et marquer les esprits, c’est encore un cran au-dessus. Mais pas de panique, il paraît que c’est le résultat d’un apprentissage et la maîtrise des techniques clés. Je partage dix tips dans cet article, j’espère qu’ils pourront vous aider.

« Je suis nulle à l’oral »

Depuis que j’ai commencé mon activité de Social Media Manager freelance, je suis souvent sollicitée pour intervenir lors de conférences autour de la communication digitale. Pour moi, grande timide et introvertie notoire qui se trouve particulièrement nulle à l’oral, c’est l’occasion de sortir totalement de ma zone de confort. Je vais être honnête : je regrette souvent d’avoir accepté l’invitation mais, une fois ma présentation finie, je suis ravie d’avoir réussi le challenge.

J’ai déjà eu l’occasion d’animer des formations réseaux sociaux lorsque j’occupais mon poste chez Tape à l’oeil, mais le nombre de participants s’élevait tout au plus à dix, quinze maximum. Au fil des mois, j’ai commencé à prendre du plaisir : j’ai pris mes marques, je maîtrisais mon sujet, je connaissais ma présentation sur le bout des doigts et, surtout, j’étais accompagnée par l’un.e de mes collègues.

Pour ma toute première conférence, seule face à une audience, j’ai totalement paniquée. Je me suis donc plongée dans la lecture de “Prendre la parole pour marquer les esprits” d’Adrien Rivierre, qui donne une soixantaine d’outils et bon nombre de conseils pour s’exprimer à l’oral et en public.

“Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément”. Nicolas Boileau

peggy-olson-presentation

Je pars désormais du principe qu’une intervention bien préparée en amont est beaucoup plus simple à tenir devant une audience. Même si on est tétanisé à l’intérieur, qu’on bute sur des mots, ce n’est pas grave, du moment qu’on parvient à se faire comprendre et qu’on arrive au bout de l’exercice 🙂 Ce sera mieux la prochaine fois, et encore mieux celle d’après. C’est avec la pratique qu’on apprend ! En attendant, voici 10 étapes importantes pour préparer votre présentation, bien l’organiser et captiver votre audience.

Posez les bonnes questions

Avant d’attaquer le travail de préparation, n’hésitez pas à demander un maximum d’informations sur :

  • L’audience : sa taille, sa composition, que souhaite-elle apprendre, quelle image veut-on laisser.
  • Le format : votre temps de parole, possibilité d’avoir un support visuel, des notes.
  • Le lieu : la configuration de l’espace, le matériel à votre disposition.
  • L’intervention en elle-même : le message clé, son objectif (inspirer, séduire, convaincre ?), ce qu’il faut retenir et le degré de complexité en fonction de l’expertise de votre audience.

Fixez votre objectif principal

La forme de votre intervention dépend de votre objectif :

  • Si vous venez avec l’idée de convaincre, elle sera bâtie selon une structure claire, avec des arguments et des illustrations.
  • Si vous êtes là pour informer et apprendre quelque chose de nouveau à votre audience, le storytelling peut être une solution plus adaptée. Les exemples personnels et les chiffres récents peu connus du grand public peuvent vous aider à être plus percutant. Evitez les termes techniques du jargon si vous n’êtes pas face à des experts de votre métier.

Trouvez la bonne idée et organisez votre propos

Pour construire votre propos, le plus simple est de partir de votre audience et l’ajuster en fonction de ses attentes. Commencez par écrire les éléments que vous comptez utiliser lors de votre intervention et hiérarchisez-les de la façon qui vous semble la plus fluide. Vous obtenez ainsi votre fil conducteur, la colonne vertébrale de votre conférence. Pour permettre à vos interlocuteurs de vous suivre facilement, vous pouvez organiser votre discours en plusieurs grandes parties, que vous suivrez et indiquerez explicitement le Jour-J.

mad-men

Faites des transitions

Les interventions les plus fluides sont souvent celles qui sont rythmées par des ponts entre les différentes grandes idées. Laissez un temps de silence avant et après votre transition, pour marquer le moment. Une transition se compose en trois parties ;

  • elle reprend l’élément central de la partie que vous venez de finir
  • elle indique le lien qui unit les deux parties, celle qui se termine et celle à venir
  • elle donne l’idée principale de la partie à venir

Trouvez une accroche qui claque

30 secondes suffisent pour savoir si l’on va écouter une intervention ou non. Autant dire qu’il faut capter l’attention de son audience dès que vous commencez à ouvrir la bouche. Adrien Rivierre, dans son livre, propose différents éléments pour débuter son propos :

  • Une citation pertinente
  • Interpeller grâce à une question : soit une question rhétorique, soit une question à laquelle vous répondez, soit une question à main levée
  • Une statistique ou un fait saisissant : un seul chiffre, pas plus, facile à se représenter et qui parle à l’audience
  • Raconter une histoire
  • Utiliser une image ou une vidéo

Et les erreurs à ne pas faire :

  • Enchaîner les accroches
  • Les accroches du type ”Bonjour, je me présente… On m’a demandé d’intervenir… Merci d’avoir faire appel à moi…”
  • Toutes formes de remerciements ou de politesse #malpoli

Imaginez une introduction percutante

Après l’accroche, les choses sérieuses commencent. Une introduction doit être claire et percutante pour capter l’attention et attirer la sympathie. On utilise bien souvent la technique de la pyramide inversée, qui consiste à évoquer le plus important en premier. C’est aussi ici que vous pouvez annoncer votre plan et relier le propos à l’audience (pourquoi est-ce important pour eux).

Concluez de façon inspirante

Quand votre propos touche à sa fin, il faut conclure. Pas de “Voilà, j’ai fini, merci”. Faites un dernier rappel du message clef de votre intervention, partagez votre vision. Pour le mot de la fin, c’est la même technique que pour l’accroche. Servez-vous d’une statistique, d’une citation, d’une question, d’un appel à l’action, pour laisser une image inspirante ou surprenante.

Un excellent speech donné par Steve Jobs aux étudiants fraîchement diplômés et le fameux Stay Hungry, Stay Foolish.

Préparez votre support visuel

Si vous utilisez une présentation Power Point/Keynote/etc, préparez-le en gardant en tête qu’il ne doit pas vous volez la vedette. C’est un support visuel, on évite les grandes phrases et on oublie les longs paragraphes. Si votre audience commence à lire vos slides, elles ne vous écoutent plus. Photo, vidéo, statistiques, ne projetez que l’essentiel et synchronisez la diffusion avec le discours.

Rassurez-vous avec des notes

A moins de connaître son sujet sur le bout des doigts, c’est toujours rassurant d’avoir ses notes avec soi… Mais il faut les préparer en conséquence. Elles doivent être lisibles, imprimées avec une police de taille supérieur à 16 pixels. J’aime bien avoir un code couleur distinctif : mes exemples sont en vert, les citations sur fond jaune et les stats en gras souligné.

Pendant votre intervention, ne lisez pas vos notes tête baissée : le contact visuel sera perdu et votre voix sera moins audible. Si vous avez besoin de vos notes : regardez-les pour mémoriser une phrase, faites une pause en levant la tête et prononcez la phrase en regardant votre audience.

Michelle-Obama-DNC-1024x683.jpg

Et, enfin, gérez votre stress

Le grand moment est arrivé, vous êtes telle la cocotte-minute, sous pression et prête à craquer. Respirez profondément, en gonflant les poumons d’air, puis le ventre avant d’expirer par la bouche. Cette exercice de respiration aide à faire baisser le rythme cardiaque.

Si cela ne suffit pas, ma technique préférée consiste à faire des petits sauts sur place, pour relâcher la pression.


Good luck ! J’espère que ces quelques techniques vous aideront pour vos futures conférences, formations et prises de parole en public. Je vous conseille vraiment le livre “Prendre la parole pour marquer les esprits” qui vous donnera davantage d’outils, d’exemples et de conseils pour parler avec justesse, conviction, assurance et style 🙂